Le Théâtre S'Envole

Association de sauvegarde du Théâtre de Rieux-Volvestre

Histoire

Ce bâtiment, situé au cœur de la cité de Rieux Volvestre, est une tour seigneuriale édifiée au cours du XIIIème siècle, qui a appartenu à la famille de Marquefave. Appelée La Tourasse, ou « Tour du Baron », sa vocation initiale était de servir de résidence fortifiée à des familles de seigneurs locaux. Elle est située dans la rue des Salles, qui abritait au Moyen-Age les demeures de ces seigneurs.

Rachetée par la cité en 1517, elle abrite pour un temps le consistoire régional, lieu de rassemblements des responsables du clergé.

Elle fait ensuite office d’hôtel de ville jusqu’à la révolution française. Après la révolution, à partir de 1795 et au cours du XIXème  siècle, elle est l’objet d’utilisations diverses, d’entreposage d’archives, de grange et de prison. Au rez-de-chaussée, on peut encore y voir deux anciennes geôles dont les murs sont couverts de gravures et de dessins.  Selon certaines sources, Arnaud Duthil (dont la vie a été racontée dans le film « Le retour de Martin Guerre ») y aurait attendu sa pendaison.

Par la suite et jusqu’au XIXème siècle, le garde champêtre de la ville y enfermait les fauteurs de trouble.

En 1923, la grande salle de l’étage est aménagée en théâtre à l’italienne de style florentin par la Société Philarmonique. Des répétitions de danse folklorique y étaient également organisées, notamment à l’occasion de la fête du Papogay (organisée depuis 1586 par La Compagnie des Archers du Papogay), ainsi que des spectacles scolaires de fin d’année.

Dans les années 1962-1965, le théâtre est utilisé comme salle de cinéma pour les habitants de la ville. Malgré l’enthousiasme du public, le bâtiment est fermé en 1965 pour des raisons de sécurité (le réseau électrique était jugé dangereux par EDF).

Laissé à l’abandon, le bâtiment s’est dégradé au fil des ans, mais en 1983 la Mairie a effectué des travaux de toiture, mettant La Tourasse hors d’eau.

En 1990, La Tourasse est inscrite à « l’inventaire supplémentaire des monuments historiques ». Cette inscription, aujourd’hui dite « au tire des monuments historiques », confère une protection aux biens meubles et immeubles présentant un intérêt à l’échelle régionale.

De nouveaux travaux sur la toiture et les huisseries ont été entrepris en 2005 par la commune qui en est toujours propriétaire.

Publicités